Monteverdi, L’Orfeo. Versailles 2015.

will PRESS

« Le prologue donne d’ailleurs la parole à une allégorie de la Musique : « je fais alterner les chants tristes aux gais », rappelle-t-elle, soulignant l’étendue de son pouvoir. C’est la soprano italienne Francesca Aspromonte qui chante ce rôle, et nous séduit immédiatement : timbre chaud et soyeux, parfaite maîtrise des couleurs et des nuances, présence scénique malicieuse et incarnée. En plus de chanter, elle joue successivement de la guitare baroque et du tambourin. »